Vibrer

Puisses-tu vivre

Puisses-tu vivre, continuer
Puisses-tu aimer, continuer…

Jean Louis Aubert

Et c’est ainsi que nous vivions l’après… Cet après tant attendu, celui tant désiré. Celui rêvé depuis des mois…

Il est là, ce matin, il nous tend les bras car face à nous, la nature à perte de vue. La nature sans aucune restriction. Sans restriction de temps, ni de partage.

La nature qui renaît au printemps.

Les coquelicots qui dansent avec les rayons du soleil.

Non pas de grand rassemblement, pas de grand partage.

Simplement, eux mes amours, et deux amis face à la vie qui nous entoure.

Il ne sert à rien de croire que la vie doit toujours être pleine de choses extraordinaires.

Parfois un simple rayon qui illumine un champ de fleurs, et le sourire est là. Je me fais la promesse d’observer chaque jour cette nature qui nous entoure. Ne plus rester indifférente à cette vie, certe végétale mais qui jamais ne se tarit telle une source.

La vie, notre source est là, saisissons là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *